CITATION DE LA SEMAINE

La nouvelle grille d'évaluation des professeurs, en usage dès la rentrée de septembre 2017, ressemble furieusement aux méthodes de management de France Télécom.

Résultat  : 23 suicides

DATES IMPORTANTES

 

OUVERTURE MUTATIONS INTRA : 12 mars 2018. Contactez-nous !!!

 

MUTATIONS INTER, ouverture de SIAM LE JEUDI 16 novembre à midi : le Snetaa-Fo vous renseigne le plus tôt possible et vous défend au ministère, contrairement à AD

 

MARDI 05 DECEMBRE : Conseil Syndical Académique du SNETAA-FO au lycée Le Corbusier à ILLKIRCH

Connexion utilisateur

                                               

Adhésion credit-impot

 

 

Vous êtes ici

Accueil

Lors de la FPMA du 14 juin (commission paritaire qui examine le projet de mutations de l’administration), tout le monde a pu constater le blocage du mouvement de mutation et ses conséquences pour les enseignants :

Afficher en "flash info": 
  • Difficulté à obtenir une mutation, voire impossibilité dans certaines matières ;
  • Affectations éloignées ne tenant pas compte de la situation familiale ;
  • Postes à compléments de service sur deux, voire trois établissements dans certaines disciplines ;

Cette situation est le résultat dessuppressions de postes cumulées de ces dernières années, dont 14000 en 2012, dans le premier et le second degré.

Elle est aggravée,depuis deux ans, par l’affectation des stagiaires sur des postes bloqués avant le mouvement des titulaires, pour leur faire effectuer un stage à temps complet.

Elle ne peut être réellement améliorée que par le rétablissement des postes supprimés et le retour aux conditions antérieures de stage (stage de 6-8 heures avec affectation après les titulaires).

A cet égard le passage de la durée hebdomadaire du stage de 18 heures à 15 heures ne suffit ni à améliorer significativement les conditions de stage, ni à contribuer à débloquer le mouvement du personnel.

De même, le rétablissement annoncé  de  1000 postes, presque exclusivement dans le premier degré, ne permettra pas d’améliorer la situation dans les établissements.

Le lundi 11 juin, les professeurs du lycée professionnel Paul Emile Victor d’Obernai ont fait grève  pour le maintien de la section CAP Menuiserie, supprimée pour la rentrée 2012, et pour le rétablissement du Bac pro hygiène et environnement. Une délégation a été reçue le 13 juin par le secrétaire général du rectorat.

La réponse à leur revendication a été un refus appuyé sur des considérations budgétaires qui ne tiennent aucun  compte du besoin des jeunes d’une  formation professionnelle qualifiée.

Cette réponse est inacceptable !

Reçue par le nouveau ministre de l’Education, La FNEC-FP-FO a demandé à M. Peillon le rétablissement des postes supprimés, dès cette année, et le retour au stage 6-8 heures.

C’est le seul moyen de rétablir la situation de l’enseignement public et de répondre aux attentes des personnels.

CONTACTS

 

 

Site SNETAA NATIONAL

 

 

Académie STRASBOURG