CITATION DE LA SEMAINE

La nouvelle grille d'évaluation des professeurs, en usage dès la rentrée de septembre 2017, ressemble furieusement aux méthodes de management de France Télécom.

Résultat  : 23 suicides

DATES IMPORTANTES

 

OUVERTURE MUTATIONS INTRA : 12 mars 2018. Contactez-nous !!!

 

MUTATIONS INTER, ouverture de SIAM LE JEUDI 16 novembre à midi : le Snetaa-Fo vous renseigne le plus tôt possible et vous défend au ministère, contrairement à AD

 

MARDI 05 DECEMBRE : Conseil Syndical Académique du SNETAA-FO au lycée Le Corbusier à ILLKIRCH

Connexion utilisateur

                                               

Adhésion credit-impot

 

 

Vous êtes ici

Accueil

Journal académique avril 2012

Chère collègue, cher collègue,

Je remercie toutes celles et ceux qui, au sein de notre organisation syndicale de l’école laïque majoritaire dans l’enseignement professionnel, ont participé activement à la bonne tenue de ce conseil national qui s’est déroulé en Alsace à Horbourg-Wihr du 2 au 5 avril dernier et qui a été un véritable succès. Je remercie également les Secrétaires académiques et les membres du National pour leurs éloges sur la bonne organisation de ce CN.

L’équipe organisatrice s’est soudée pour relever le défi qu’était le bon déroulement de cet événement. Au-delà de son attachement aux valeurs du SNETAA-FO, l’équipe a voulu apporter au CN celles qui résident dans les liens qui se sont tissés entre ses membres, c’est-à-dire le respect et le choix d’un regard attentif porté sur l’Autre. Durant ce CN, cette équipe a su créer un lien d’une profondeur hors du commun basé sur des valeurs trop souvent oubliées : politesse, respect, tolérance et partage. Cette équipe, forte de sa singularité – elle est composée de PLP, d’agrégés, de CPE, d’administratifs, de certifiés, de contractuels – a su faire de sa mixité sa principale richesse. Strasbourg doit rester une académie pilote sur le plan national. A nous maintenant  d’utiliser cette dynamique pour faire avancer le SNETAA-FO dans cette académie.

Bien sûr, nous avons été attentifs aux discours du Secrétaire général, à ceux portés lors des différentes commissions, à ceux des retraités, chefs de travaux, ASH, COM / POM / DOM, Certifiés/agrégés…) mais surtout à la résolution générale votée à l’unanimité qui a réaffirmé nos combats pour la défense du statut, pour la défense des non titulaires et contre l’autonomie des établissements.

Dans mon dernier édito, j’écrivais que la crise renforçait les solidarités et que le SNETAA-FO ne courberait pas l’échine face à la situation de l’éducation actuellement.  Le système éducatif de notre pays, dois-je le rappeler, souffre et ne tient plus ses promesses d’ascension sociale. La valorisation du métier d’enseignant est en berne alors même que le quotidien de celui-ci s’est considérablement dégradé. Les classes surchargées, les réformes organisationnelles ou encore les trop fréquentes modifications des programmes contribuent à fragiliser encore plus une institution en mal de repères stables. L’éducation n’est plus une priorité mais un vaste marché de dupes. Les CFA fleurissent en Alsace au détriment des lycées professionnels, on voit même se développer toujours plus ici et là de nombreuses enseignes de soutien scolaire ou de cours privés. Est-ce cette éducation que nous voulons pour nos enfants ? 

Par ailleurs, on vous l’a souvent dit, vous l’avez déjà entendu, les professeurs ne sont pas assez présents dans les lycées. Votre chef d’établissement ou dois-je dire plutôt votre patron vous l’a dit, le métier d’enseignant doit changer et plus particulièrement en dehors des heures de cours. Le professeur doit être à la disposition de ses élèves pour les recevoir, les conseiller, les orienter comme ça se fait chez nos voisins allemands ou suisses. En réalité, l’idée derrière tout cela est que les « profs » car c’est comme ça qu’on nous appelle, sont des fainéants, des individualistes, souvent même des absentéistes et qu’il faut augmenter leur maxima de service. En quelques mots, le discours de la rentabilité et du maintien de l’ordre. Cet enfumage permanent ne doit pas masquer la réalité qui se cache derrière : ce qui est inacceptable dans les propositions du gouvernement n’est pas nouveau ; ce qui est nouveau n’est pas acceptable ! Le SNETAA-FO doit défendre sans esprit de recul la liberté du professeur dans « SA » classe. Si l’on ne fait plus rien, ENSEIGNER, véritable choix de vie, ne fera plus recette d’ici peu ! Sartre disait : « C’est comme ça que sont les gens, ils agissent et ils subissent, mais il y en a qui subissent et il y en a qui agissent ». Notre devise : AGISSONS, RESISTONS sinon nous SUBIRONS !

Pour conclure, je voudrais évoquer 2014. 2014, c’est demain. Avec 2014 viendront les prochaines élections professionnelles. Aussi devons-nous nous fixer de nouveaux objectifs, tendre la main vers ceux qui sont dans le besoin. Nul ne doit se sentir isolé, la vie est un éternel combat. Avec la mise en place des réformes, nous avons maintenant affaire à une pratique plutôt courante dans le privé mais qui semble désormais contaminer aussi l’éducation : le harcèlement. Au nom de mon organisation, je  combattrai ce fléau qui va devenir la gangrène d’un système qui n’avait pas besoin d’ajouter cela à son mauvais fonctionnement. Nous devons relever ces défis. Dans notre académie, nous avons l’équipe qui saura être à la hauteur et qui défendra les collègues en souffrance, de Mulhouse à Colmar, en passant par Haguenau et Strasbourg, quels que soient leurs corps respectifs.

Fier d’être SNETAA-FO !

Jean-Pierre GAVRILOVIC - Secrétaire académique SNETAA-FO

Vous trouverez ci-dessous le journal académique en version pdf. à télécharger.

CONTACTS

 

 

Site SNETAA NATIONAL

 

 

Académie STRASBOURG