CITATION DE LA SEMAINE

La nouvelle grille d'évaluation des professeurs, en usage dès la rentrée de septembre 2017, ressemble furieusement aux méthodes de management de France Télécom.

Résultat  : 23 suicides

DATES IMPORTANTES

 

OUVERTURE MUTATIONS INTRA : 12 mars 2018. Contactez-nous !!!

 

MUTATIONS INTER, ouverture de SIAM LE JEUDI 16 novembre à midi : le Snetaa-Fo vous renseigne le plus tôt possible et vous défend au ministère, contrairement à AD

 

MARDI 05 DECEMBRE : Conseil Syndical Académique du SNETAA-FO au lycée Le Corbusier à ILLKIRCH

Connexion utilisateur

                                               

Adhésion credit-impot

 

 

Vous êtes ici

Accueil

Journal académique Mai 2013

Chère collègue, cher collègue,

Un des grands désespoirs de notre société est le manque d’idéal et d’ambition à long terme. J’ai le sentiment que nos politiciens n’ont plus qu’une vision à court terme, voire à très court terme. Ce comportement est destructeur. A la merci des événements quotidiens, nos politiciens perdent souvent le recul nécessaire à la gestion à long terme. Le référendum du 7 avril dernier en Alsace en est une bonne illustration. Le projet de création d’une collectivité territoriale unique d’Alsace a échoué par le vote des alsaciens, et le SNETAA-FO ne peut que s’en féliciter. En effet, dès l’instauration de ce projet en 2010, le SNETAA-FO a dit NON à une « République des territoires différents », NON à la suppression de deux départements, NON à l’instauration de droits locaux spécifiques adaptant les lois et les politiques publiques nationales, NON à l’éloignement et à la suppression des services publics des usagers, et encore NON à la suppression de 40% des effectifs des Conseils généraux 67 et 68 et du Conseil régional d’Alsace. Le SNETAA-FO a dénoncé cette « République des territoires » selon une « décentralisation à la carte » qui aurait conduit à une explosion des inégalités, à une balkanisation de l’action publique et à une différentiation du droit et de la déclinaison des lois et des politiques publiques nationales d’une région à l’autre. Quoi qu’il en soit, le SNETAA-FO s’opposera toujours à ce type de projet de décentralisation qui remettrait en cause l’indivisibilité, la cohérence, la lisibilité, l’unicité et, du coup, l’égalité républicaine, c'est-à-dire l’égalité de droit.
Oui, messieurs les Politiques, on ne gère ni une nation ni une région, et encore moins une institution, l’Education Nationale, en surfant sur l’événementiel. Car pendant ce temps, la situation de certaines institutions dans le pays continue de se dégrader. Ainsi dans l’Education, qu’en est-il de la revalorisation de nos salaires ? Jusqu’où ira la dégradation de nos conditions de travail ? Quand cessera cette farandole d’annonces de fermetures de sections dans certaines académies ? Alors que la crise économique frappe les Français avec une violence inouïe, le parfum de révolte qui agite les enseignants est de mauvais augure, messieurs les Politiques. Nous ne pouvons que regretter les faiblesses des pouvoirs successifs. Aussi nous attendons que les promesses faites soient tenues et que les erreurs du pouvoir précédent ne soient pas réitérées.
 
A l’inverse de vous, Messieurs les Politiques, qui n’entendez pas les enseignants,  l’écoute des adhérents reste pour nous, le SNETAA-FO, notre source de vie démocratique et le centre de nos actions. Nos adhérents s’expriment et nous apprennent beaucoup sur leurs conditions de vie et de travail, leurs besoins et leurs attentes. Les diverses réunions organisées par notre organisation élargissent encore plus le cercle des participants et nourrissent davantage nos actions revendicatives. L’adhérent est bel et bien au cœur de l’action et nous nous en félicitons. Chaque parcours professionnel ne peut se calquer sur nos seules ambitions. L’enseignant a le droit d’être respecté et de vivre sereinement. Et pour cela, il faut se satisfaire du meilleur compromis entre nos ambitions et intérêts et ceux des autres. Ne pas respecter cette règle élémentaire de vie en société nous conduira fatalement au conflit, puis au mal être, avant d’évoluer vers une dépression ou un burnout.
 
Enfin et pour conclure, le SNETAA-FO dans son entier lance sa campagne de pré-syndicalisation pour la ré-adhésion 2013-2014. Les tarifs sont ceux de cette année, sans aucune augmentation (tableaux de syndicalisation disponibles sur notre site académique – inscrivez sur le bulletin la mention « pré-syndicalisation »). C’est très avantageux et c’est une période de forte ré-adhésion. Rejoignez-nous !
 
Jean-Pierre GAVRILOVIC
Secrétaire académique
      SNETAA-FO

CONTACTS

 

 

Site SNETAA NATIONAL

 

 

Académie STRASBOURG