CITATION DE LA SEMAINE

La nouvelle grille d'évaluation des professeurs, en usage dès la rentrée de septembre 2017, ressemble furieusement aux méthodes de management de France Télécom.

Résultat  : 23 suicides

DATES IMPORTANTES

 

OUVERTURE MUTATIONS INTRA : 12 mars 2018. Contactez-nous !!!

 

MUTATIONS INTER, ouverture de SIAM LE JEUDI 16 novembre à midi : le Snetaa-Fo vous renseigne le plus tôt possible et vous défend au ministère, contrairement à AD

 

MARDI 05 DECEMBRE : Conseil Syndical Académique du SNETAA-FO au lycée Le Corbusier à ILLKIRCH

Connexion utilisateur

                                               

Adhésion credit-impot

 

 

Vous êtes ici

Accueil

Journal académique septembre 2010

Chers Professeurs,

La France est en deuil. Été bien noir… Voici une équipe de France de football indigne du maillot qu’elle porte et qui a montré une image désolante, certes à l’image de notre société, mal dans sa peau. Voilà un ministre de l’Économie et des Finances, acteur principal dans la réforme des retraites mais aussi dans une sombre affaire, écrite « Bête en cour » et dans laquelle la Justice devra bien lui demander de rendre là aussi des comptes…

Un an s’est écoulé depuis la parution de mon article « l’État menteur », toujours d’actualité. Aujourd’hui si je devais lui donner un titre, ce serait « l’État maffieux »…Cet article est toujours visible sur la toile.

Quel bilan dresser à l’automne 2010 ? Le gouvernement poursuit son insolence. Pour protéger son système de rapport au pouvoir d’achat, le chef du gouvernement jette aux chiens ses propres ministres ou secrétaires d’Etats. Il va jusqu’à accuser ses collaborateurs collectivement - sans nommer personne - d’utiliser l’argent des contribuables pour financer leurs dépenses privées, parties depuis en fumée. Cette accusation déchaîne le populisme. Le même chef de gouvernement se fait offrir et aménager un bijou volant à une hauteur de 180 millions d’euros, alors que les caisses de l’Etat sont soi-disant toujours vides… Où sont ceux qui s’en étonnent ? Dois-je égréner ce que nous avons avalé ? Le salaire du dit-président augmenté de plus de 200 %, l’avion en or massif, les déplacements protégés par une armée de gendarmes mettant ainsi une région entière en état de siège, les centaines de millions d’euros dépensés pour manipuler ces sondages dont il est accro, le bouclier fiscal, les heures supplémentaires défiscalisées au détriment de la création d’emplois , les cadeaux indécents faits aux lobbies des paris en ligne, le triplement des déficits publics dont la moitié n’est pas conjoncturelle mais structurelle, la recentralisation territoriale et, par voie de conséquence, le sabotage de la régionalisation, le débat ubuesque et raté sur « l’identité nationale » … La liste d’exemples est longue. Le Président s’était engagé à réduire le chômage. L’impact de la cure d’amaigrissement à laquelle le pays va être soumis risque de décupler celui-ci. « Et les fonctionnaires ? », me direz-vous ? Le Président en a diminué le nombre, recette passe-partout de tous les sabreurs de services publics. Objectif atteint en partie. Les salaires ? Une véritable misère ! Le gel des salaires ? Il va falloir s’y faire ! Les professeurs stagiaires ? Sans préparation, direct à la guerre… Les retraites ? On n’aura qu’des miettes ! Et le tout… à l’avenant.

Alors, chers collègues, n’attendons rien de ce président de la république, grand amateur de dépenses somptuaires supposées lui donner le lustre que la médiocrité des résultats de sa politique ne peut lui procurer.

L’État tente de trouver une poignée de boucs émissaires pour faire oublier ses négligences, ses impairs et ses égarements moraux. Le Snetaa-eiL n’est nullement dupe : il ne se laissera jamais manipuler par un gouvernement incapable de tenir ses promesses !

C’est à nous, chers collègues, d’exiger une République irréprochable qui ne soit pas un slogan électoraliste vide de sens et d’intentions aussi vite oubliées qu’il aura été martelé.

Comme moi, un jour ou l’autre, face à la mise à mal de l’Éducation nationale, vous vous êtes interrogé : « Mais que fait mon syndicat ? Que font les syndicats ? ». Puis vous avez renoncé devant la montagne à gravir : fatalisme bien compréhensible… et petit à petit notre métier s’est dégradé…

Alors il est grand temps de réagir avec le Snetaa-eiL ! Ce syndicat existe depuis bien longtemps dans les lycées professionnels où il a remporté de belles victoires. Pourquoi n’en serait-il pas autrement pour l’enseignement général et technologique, surtout lorsqu’on sait que des filières comme la STI ou la STL sont en grande difficulté ! Le Snetaa-eiL a été notamment le grand artisan de la baisse successive de l’horaire hebdomadaire jusqu’à 18 h pour tous et ose proposer un service hebdomadaire à 15h pour tous les certifiés.

Ce syndicat affirme haut et fort son indépendance, refuse tout compromis et ne se perd pas en compromissions. C’est un syndicat qui s’auto gère, c’est-à-dire qu’il ne reçoit aucun soutien financier du gouvernement, à l’inverse d’autres syndicats.

Ce statut autonome est un facteur essentiel dans la dynamique de notre action.

Chers collègues professeurs, le Snetaa-eiL défendra les personnes qui croient en une indépendance forte et il mérite de vous représenter dignement.

Jean-Pierre GAVRILOVIC, Secrétaire académique

CONTACTS

 

 

Site SNETAA NATIONAL

 

 

Académie STRASBOURG