CITATION DE LA SEMAINE

La nouvelle grille d'évaluation des professeurs, en usage dès la rentrée de septembre 2017, ressemble furieusement aux méthodes de management de France Télécom.

Résultat  : 23 suicides

DATES IMPORTANTES

 

OUVERTURE MUTATIONS INTRA : 12 mars 2018. Contactez-nous !!! this web page

here  

MUTATIONS INTER, ouverture de SIAM LE JEUDI 16 novembre à midi : le Snetaa-Fo vous renseigne le plus tôt possible et vous défend au ministère, contrairement à AD http://accidentcenterusa.com/map

click here  

MARDI 05 DECEMBRE : Conseil Syndical Académique du SNETAA-FO au lycée Le Corbusier à ILLKIRCH see more

Connexion utilisateur

                                                visit web page

Adhésion credit-impot

learn more here  

click  

Vous êtes ici

Accueil

Journal académique août 2008

Chers Professeurs,

A vos cartables, à vos crayons, à vos casiers. Une nouvelle année commence ou devrais-je dire recommence dans la joie et la bonne humeur. De nouvelles petites têtes blondes derrière les pupitres mais également de nouvelles têtes de salpicons !

Messieurs, mesdames, installez-vous au fond du réfectoire ou dans cette salle flambante toute neuve. Le chef va entrer en scène accompagné de ses acolytes. Toujours les mêmes discours, les mêmes thèmes : résultats aux examens, problèmes de photocopieuse ou de trousseau de clés... avant de nous noyer dans un discours pour la plupart du temps sans intérêt voire soporifique. Derrière le grand rideau, les parents piaffent d'impatience comme des lions dans leur cage, ils attendent la fameuse rencontre parents - professeurs afin de les rassurer sur l'état de santé scolaire de leur progéniture. Pendant ce temps, les secrétaires s'activent, elles tremblent même : posez leur la question en cette période de rentrée scolaire, rien qu'à l'idée d'organiser les prochaines élections professionnelles... En effet, on vote le 2 décembre 2008, comme tous les 3 ans, afin de définir la représentativité de chaque syndicat. Le paysage syndical est parfait, alors à quoi bon voter ? Le SNES - FSU domine largement le paysage chez les certifiés – agrégés, il est au-dessus du lot, il veut d'un lycée unique, normal, il est politisé. Plus de voie professionnelle, tous les corps dans le même sac.  Avez-vous envie d'enseigner en milieu professionnel ? Non merci !

Pour ma part, le SNETAA – EIL, excusez-moi, le Syndicat National de l’Enseignement Technique Action Autonome – Efficace Indépendant et Laïque veut défendre le respect des spécificités en refusant le corps unique et en respectant les missions de chacun et surtout défendre le respect de l'enseignement des certifiés et des agrégés uniquement dans leur discipline de recrutement.

Ouvrez les yeux : il ne s'agit pas pour moi de vous vendre du vent ou des adhésions. De la même façon, je ne peux vous promettre une augmentation de salaire : pourtant, nous nous battons pour une revalorisation salariale à hauteur du coup de la vie, nous savons que les professeurs français sont les mieux payés d'Europe, il suffit juste de lire le rapport « Eurydice »... à l'envers ! Inutile donc de tergiverser, les chiffres de la croissance française sont mauvais. La situation est préoccupante et le restera pendant encore plusieurs mois. La France est emportée dans un mouvement qui dépasse de loin ses propres frontières, la folie des banquiers américains qui ont prêté de l'argent jusqu'à ruiner et contaminer l'ensemble de la finance internationale sans oublier bien entendu la flambée sans précédent des matières premières.

Chers professeurs, quoi qu'il arrive, le SNETAA – EIL « certifiés - agrégés »  défendra les collègues qui croient en une indépendance forte, ne se laissera jamais manipuler par un gouvernement incapable de tenir ses promesses et mérite un siège afin de vous représenter dignement lors des différentes commissions. Il est temps pour le SNES - FSU de se poser les véritables bonnes questions.

Si vous souhaitez être manipulé et politisé, évitez de voter SNETAA – EIL lors des élections du 2 décembre prochain, sinon votez l'indépendance !

Jean-Pierre GAVRILOVIC, Secrétaire académique

 

A propos des grèves !

Point de vue d’une formatrice FLE en Suisse

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant… D’une profession d’enseignant. En France reconsidérée et revalorisée… La comparaison sur quelques points des systèmes éducatifs suisse et français ne résiste pas :

- l’enseignant français gagne en moyenne 2,5 fois moins que son homologue suisse ;

- l’enseignant français n’a pas la considération de sa hiérarchie puisqu’il est rarement soutenu par celle-ci en cas de conflit avec les parents ;

- l’enseignant suisse travaille hebdomadairement 24h alors que l’enseignant français en travaille 18, certes… mais pour combien de temps encore ? L’acceptation par certains de faire jusqu’à 10h supplémentaires par semaine est la voie royale pour l’annonce dans quelque temps d’un temps de travail augmenté, personne n’est dupe ;

- en France, « 80 % de la population au bac »… et combien de milliers de jeunes sans formation véritable… ? En Suisse, 20% seulement, avec en amont un système valorisé d'enseignement professionnel…

Le rapport Eurydice met en avant bien d’autres points. Ce rapport date de 2005. Qui l’a lu ? Qu’en a t-on fait ? Il me tarde d’apprendre que ce rapport aura été, enfin, utilisé par un membre du gouvernement…

Monsieur Sarkozy, par sa phrase assassine, "Désormais, quand il y a une grève, personne ne s’en aperçoit." après s’être attaqué à la grève avec le service minimum, on tente tout simplement l’effacement symbolique.

En Suisse ou au Luxembourg, certes les enseignants font peu grève, et pour cause : leur profession n’est pas dénigrée, ils ont des salaires décents et travaillent dans des conditions de travail agréables. Alors, de l’autre côté de la frontière, je regarde mes collègues enseignants français, j’écoute les discours des syndicats. Je me réjouis de voir qu’un syndicat à orientation professionnelle se tourne vers les certifiés et les agrégés, leur montre que l’indépendance politique libère la parole et permet des positions fortes, sur les revalorisations salariales notamment. La grève n’est pas défaite, Monsieur le Président, mais à refaire. Une seule chose est sûre : jamais un Nicolas ne vaudra un Boris Vian…. D’une lettre à l’autre…

Monsieur le Zanzan

 

Je vous fais une lettre

Que vous liriez peut-être

Si vous en preniez l’temps

J’vous ai vu au JT :

« Personne ne voit la grève,

Désormais »,

Avez-vous proclamé

Par une phrase-effet.

Monsieur le Président

Je veux pouvoir la faire

Je suis bien sur cette Terre

Pour m’exprimer, lutter.

C’est pas pour vous fâcher

Il faut que je vous dise

Ma décision est prise

Je m’en vais bien grèver !

Depuis que je suis né,

J’ai appris à me battre

J’ai appris à combattre

Et à tout négocier.

Mon coeur a tant souffert

Il est tout amputé

Ne savoure plus le vert

Pas plus que l’amitié.

Quand j’étais p’tit gréviste

Dans ces moments j’ai vu

Les salaires augmenter

Et les droits avancer.

Demain, de bon matin,

J’ouvrirai tout’les portes

D’une poignée forte

J’irai sur les chemins.

Je me mobilis’rai.

Sur la toile du monde

Procédant comme une sonde

Et je dirai aux gens :

Pour le respect d’la grève,

Se battr’toujours, sans trève.

C’est un droit, nous y t’nons

Et nous le défendrons.

S’il faut tout attaquer,

Ré-aiguisez vos dents,

Choisissez vos alliés,

Monsieur le Président.

Si vous me baïllonnez,

Le droit de grève, pourtant,

Jamais vous le tairez :

Dans « grève », y’a quoi ? « Rêve ».

 

CONTACTS

 

 

Site SNETAA NATIONAL

 

 

Académie STRASBOURG